AF 447 : un curieux air de scénario

Sponsor: rendez-vous pour les femmes russes
Comme Authueil, je n’ai pas la télé. M’ont donc été épargnées ces images répétitives tournant en boucle depuis hier, entrecoupant même le match de Federer de points info en direct de Roissy. Répétitives, et vides : des points réguliers brodant avec habileté le néant de l’information, du conditionnel et de l’hypothétique qui s’enfilent à longueur de transitions, de l’émotion à la pelle avec ces gros plans sur les familles désespérées errant dans les couloirs de l’aéroport. Depuis hier toujours, un vaste colloque scientifico-médiatique se déploie sous les yeux de tout le monde : mais de quoi donc a bien pu sombrer le vol AF 447 Rio-Paris ? Foudre ? Panne électrique ? Perdition dans une zone de turbulences aux vents violents qui auraient déchiqueté l’avion ? Terrorisme ? Dans une démarche heuristique, ça bouillonne dans l’ébauche des différents scénarios possibles.

Scénario, le mot est bien choisi. Il ne s’agit pas d’une information que ce crash, mais d’une histoire dramatique. Certains journalistes voudraient encore nous faire accroire qu’ils ne sont que des passeurs d’informations, que l’événement se crée par le fruit du hasard et qu’ils en sont le bras emplumé. Mais personne n’est dupe : voilà bien longtemps que les médias participent autant à la forge des événements qu’ils les décrivent.

Alors, quel scénario ?

Cela commence par une disparition brutale, tragique et entourée de mystère. La seule chose que l’on sait depuis hier soir, est qu’on ne sait rien. Deux centaines de passagers, équipage compris, se sont abîmés en mer quand ils auraient dû arriver à 11h10 sur le tarmac de Roissy ; parmi eux, 73 Français ; s’il advenait qu’il n’y eût aucun survivant (et l’hypothèse est quasi certaine), ce serait la pire tragédie aéronautique pour Air France. Voilà pour le synopsis à partir duquel l’on peut tirer le scénario dans tous les sens possibles.

Est-ce parce que le scénario s’étouffe que depuis hier les péripéties s’enchaînent dans l’horrible ? Il y a d’abord cette révélation : dix-huit salariés d’une même entreprise ont trouvé la mort ensemble alors qu’ils revenaient d’un séjour au Brésil qu’ils avaient gagné. Le tragique le dispute à l’horreur : dix-huit salariés, saisis dans la mort alors qu’ils étaient encore plein de l’insouciance et de la légèreté de ces voyages exotiques. Et puis aujourd’hui, comme une évidence, on donne la parole, faute de survivants, aux miraculés, à ce couple qui fit des pieds et des mains pour entrer dans l’avion qui aurait pu être leur tombeau, mais que la main de la Fortune a maintenus en vie.

On trouvera là un curieux parallèle avec l’histoire du nageur australien Ian Thorpe, présent dans les tours jumelles quelques minutes avant le terrible drame : pour lui, c’était l’oubli malencontreux de sa caméra vidéo qui l’a sauvé du destin funeste ; pour ce couple, c’est pour un ironique changement de billet inabouti parce que l’avion était complet… Ce n’est d’ailleurs pas le seul point commun que cet événement entretien avec le 11 septembre. Encore une fois, une catastrophe aérienne fait les gros titres, et pour la seconde fois, chamboule les programmes télévisés : JT en direct, et aujourd’hui déprogrammation de la série Fringe sur TF1, dont la première scène montre un crash d’avion… Et à mesure que les informations parviennent, se dessine lentement une conclusion blafarde : il est probable qu’on ne retrouve jamais les débris de l’avion, laissant l’énigme irrésolue comme lors du crash d’un avion de la TWA en 1996. On ne serait alors pas loin de la folie du complot identique à celle qui a saisi le 11 septembre.

On ne décrit jamais mieux un événement qu’en l’inscrivant dans une longue chaîne de tropes et d’items chronologiques, qui fonctionnent comme autant de repères inconscients. Le crash de Rio nous prouve l’indigence médiatique à s’emballer pour un événement dont on ne sait rien. Mais on sait, depuis longtemps, que les médias sont « une industrie avant d’être un sacerdoce » (Albert Thibaudet) : la course au scoop et au sensationnel a un peu plus, cette fois-ci, poussé l’horreur des victimes et des familles au-delà de ce qu’elles avaient déjà subi.