Le Grand Pardon II

A l’instar du buzz Susan Doyle, dont on dit qu’il faut revenir d’Irak pour ne pas en avoir entendu parler, ce week-end il fallait vraiment s’enterrer dans un abri antinucléaire pour ne pas entendre parler du Grand Pardon de Ségolène Royal, volume 2. Après la sortie du premier épisode dans toutes les salles de métropole et du Sénégal, le second volume était attendu au tournant.

Je suis allé le voir. J’ai été déçu. Le premier ne m’avait déjà pas vraiment emballé : le personnage principal était un peu trop fantoche, trop madone, trop pleureuse ; on n’y croyait pas, à ce personnage d’opposante qui veut se tailler la carrure d’une présidente en taillant des costards au Présidents. Et puis, dans le genre personnage bouffie d’arrogance, je préfère Hubert Bonnisseur de La Bath, qui me décroche au moins des rires à m’en déboîter la mâchoire. C’est peu dire que j’ai visionné le second épisode avec beaucoup de circonspection et, pour le coup, d’a priori. Je ne suis pas sorti de ces jugements.

Si j’ai pu a posteriori reconnaître une certaine habileté au contre-discours de Dakar, joli coup stratégique en dépit d’un profond mépris pour l’ordre constitutionnel, qui doit pourtant être la pieuse Bible de tout postulant à la magistrature suprême, en revanche ce second opus est d’une indigence crasse. J’ai trouvé chez Aliochaune très bonne critique à laquelle je n’ai rien à ajouter : le comique de répétition va bien cinq minutes, mais la stratégie de Ségolène de développer un nombre incalculable de spin-off à la manière des Experts lasse très vite.

J’espère pour Ségolène que les producteurs (qui sont tous de gauche, vous le savez) la rappelleront en 2012 : c’est si triste de voir une actrice bankable connaître la déchéance publique.

 

2 Responses to Le Grand Pardon II

  • Didier Goux:

    À force de voir de bons films, vous devenez trop difficile, aussi…

    Offrez-vous une cure d’un mois de téléfilms français et vous verrez que Marie-En toilette vous paraîtra gé

  • h16:

    “J’espère pour Ségolène que les producteurs (qui sont tous de gauche, vous le savez) la rappelleront en 2012″

    Sabre de bois ! Surtout pas !

    Le seul intérêt qu’on puisse lui trouver, c’est de répandre la rigolitude sur toute la blogosphère.