Les pratiques de sociabilité des blogueurs

Je me suis souvent retrouvé face à une interrogation majeure quand je voulais linker un blogueur : comment dois-je l’appeler ? Par son nom de blogueur ? Par un terme symbolisant un lien d’attachement : confrère, compère, camarade, ami ? En fait, mon interrogation en appelait à d’autres, connexes : dans ce monde virtuel où cependant les liens hypertextes et les commentaires tissent des communautés, que ces communautés virtuelles peuvent être à l’origine de liens réels (professionnels, amicaux, ou autres), mon hésitation quant à l’appellation adéquate d’un blogueur revenait à m’interroger sur la proximité du lien qui m’attachait à lui.

Le web social a éclaté les murs qui cloisonnaient Internet en une multiplicité d’individus isolés, en leur permettant de se lier les uns aux autres. Ces réseaux sociaux, qui reproduisent sur le web des réseaux sociaux déjà existants dans la vraie vie (syndicats, confrérie, amicale, etc), permettent au blogueur de se sociabiliser, de s’ouvrir aux autres, de rejoindre des réseaux, mais également d’alimenter son appartenance aux réseaux dont il fait partie.

Derrière tout cela, je me demande de quelle manière nous tendons, nous blogueurs, à nous constituer en groupe social. Ne produisons-nous pas des marques distinctives de notre statut de blogueur ? N’établissons-nous pas des normes ? Nous organisons-nous en communauté (qui implique une frontière nette entre l’in-group et l’out-group, entre qui est blogueur et qui ne l’est pas) ou en société ? Dans le cas des blogs politiques, n’y a-t-il pas des marques par lesquelles nous nous forgeons une véritable conscience de blogueur (notamment vis-à-vis de notre regard sur les médias) ?

Je m’interroge également sur la frontière entre virtuel et réel. Nombreuses sont les rencontres entre blogueurs dans la vraie vie. Nous rencontrons-nous en tant que blogueurs ou en tant qu’individus ? Cette interrogation me semble assez fondamentale, car elle résoud la question de savoir si blogueur est une activité circonscrite au monde d’Internet, ou si Internet n’est que l’outil grâce auquel notre statut (ou conscience) s’exprime. De la même manière qu’un journaliste n’est pas journaliste uniquement lorsqu’il est devant sa machine à écrire/ordinateur, ou qu’un peintre n’est pas peintre uniquement lorsqu’il peint sur sa toile, nous adoptons peut-être le blog comme un mode de vie avec lequel nous nous sociabilisons différemment ou avec lequel nous repensons nos modes de sociabilité et notre perception de notre environnement.

Je ne sais pas où toutes ces réflexions me mèneront. Elles seront à coup sûr l’objet de plusieurs billets, sans prétendre à la somme érudite. Naturellement, puisque c’est notre de fonctionnement, les contributions extérieures sont les bienvenues à cette entreprise de colloque digital ! Qu’en pensez-vous ?

 

One Response to Les pratiques de sociabilité des blogueurs

  • Toréador:

    Hey Nick, pour qu’on t’appelle Kiwizoconfrère, on a besoin d’un billet sur ton blog annonçant ton entrée dans Kiwis !