PS et motion de censure : le PS devient sarkozyste

Martine Aubry a annoncé sa volonté de déposer une motion de censure contre le gouvernement sur la gestion de la crise économique. Mais sait-elle seulement ce qu’est une motion de censure ?

Ah, ça ira ! ça ira ! ça ira ! Il sera mordant et vindicatif, le PS post-Reims, qu’on nous avait promis ! Finie la léthargie flasque de François Hollande : qu’il se fût agi de Ségolène Royal ou de Martine Aubry, le PS allait redevenir audible pour les Français, vous alliez voir ce que vous allez voir !

Voilà donc le PS qui s’oppose de façon mordante. Martine Aubry va donc déposer avec trente-neuf autres députés une motion de censure pour s’opposer à la politique anti-crise du gouvernement. Ecoutons l’exposé des motifs devant la presse : « dire clairement qu’alors que notre pays rentre dans cette crise lourde, profonde [...] il y a une autre voie possible ». On dépose donc une motion de censure parce qu’on estime qu’il faut gérer la crise autrement, qu’il aurait sans doute fallu affecter les crédits donnés aux banques ou au secteur automobile au maintien des emplois dans les secteurs les plus rapidement menacés.

Quel dévoiement des libéralités constitutionnelles ! Si le PS voulait s’opposer, il a eu tout le loisir de le faire pendant les débats sur le plan de relance ! Une motion de censure ne sert pas à faire le jeu de l’opposition qui cherche à se poser en s’opposant. Rappelons qu’une motion de censure qui conquiert la majorité des sièges fait tomber le gouvernement, qui doit remettre sa démission au Président de la République. Ce n’est pas rien ! La motion de censure est un cas extrême de contrôle du législatif sur l’exécutif. On dépose une motion de censure quand on estime que l’exécutif engage la France dans des politiques hasardeuses et profondément dangereuses. Si la majorité chiraquienne avait voté la participation française en Irak en soutien des Etats-Unis, la motion de censure aurait été parfaitement justifiée : s’opposer à la guerre, c’est autre chose que de s’opposer à des affectations de crédit qu’on ne partage pas !

Tout ceci n’est que de la pure communication. Le PS sait pertinemment que la motion de censure échouera. Le but semi-avoué est de mettre en scène son opposition. Il s’agit de créer de l’agitation, de la polémique, d’organiser une empoignade parlementaire dans l’hémicycle, qui naturellement ralentira encore le temps des débats. Triste comme le PS a besoin de sombrer dans de telles extrémités pour signifier son opposition, comme si elle ne se voyait pas d’ordinaire (ce qui est vrai).

Le PS, qui plaide avec affliction le respect du Parlement, détourne l’esprit de la Constitution.

Le PS, qui raille la stratégie politique de Sarkozy, agit de même : l’agitation pour donner l’illusion de l’activité.

Tartufes.

 

2 Responses to PS et motion de censure : le PS devient sarkozyste

  • b.mode:

    Remarque bien, y’en a un qui ne donne pas même l’illusion de l’activité… ;)

  • nativelle:

    Cabourg et l’immonde pollution de sa ZNIEFF ou les vaches, chevaux,… S’abreuvent dans ce jus puant.

    C’est normal ? Que personne ne se bouge depuis 2005 ?
    Du fioul, de l’huile de vidange, tout à l’égout, poubelles, encombrants, etc.
    Jetez un oeil la dessus ou Tapez : cabourgeais sur le net
    Et ça, Tapez : normandie pollution (pages ifrance)
    Personne ne bouge. Elus, politiques, associations, l’état… Non, c’est bien comme ça, pas de services sanitaires, pas de curage des fossés, une vraie orgie. Le Docteur maire de Cabourg me répond M Nativelle cela ne vous regarde pas. Alors laissons faire.
    Bon appétit.